Pourquoi apprendre le chinois ou le Coréen est un investissement intelligent

Aujourd’hui avec la mondialisation, apprendre une langue étrangère est presque essentiel.

Il y a quelques jours encore un ami qui travaille dans les ressources humaines me disait que suivant les postes, les personnes qui parlent d’autres langues peuvent augmenter leur salaire de base de 25% par rapport à une autre personne qui ne parle que sa langue natale.

Ces dernières années la popularité des langues asiatiques comme le Chinois, le Japonais et le Coréen ont augmenté de manière drastique.

ville asiatique chine Shanghai ligne d'horizon
Mégalopole Asiatique, Ligne d’horizon, Shanghai, Chine

Les langues asiatiques sont le futur

Nous sommes officiellement dans le ‘‘siècle asiatique’’. Mais qu’est que cela signifie exactement ?

En fait c’est en référence à la rapide croissance démographique, économique et politique des pays asiatiques et leur dominance sur les marchés mondiaux.

Si bien que dans certaines écoles, il y a plus d’élèves qui choisissent le chinois en première langue étrangère devant l’anglais ou les autres langues européennes.

Hormis le côté économique, quelques sont les raisons d’apprendre une langue asiatique ?

Les 8 raisons d’apprendre une langue asiatique

1.C’est plus facile que ce qu’on raconte

Une des réactions qu’on entend souvent quand on suggère à quelqu’un d’apprendre le chinois, le japonais, le coréen ou autres, c’est que ce sont des langues extrêmement difficiles et que c’est presque impossible à parler.

Mais si c’est le cas comment se fait-il qu’il y a aujourd’hui plus d’un milliard quatre cents mille personnes qui parlent chinois et qui fait donc de cette langue la plus parlée dans le monde ? Pour ne citer que celle-là.

Certes, il y des langues plus faciles, mais ça ne veut pas dire que c’est si difficile, ni que c’est insurmontable.

D’ailleurs pourquoi les gens pensent que c’est si difficile ?

La première fausse idée c’est souvent la raison de la prononciation.

Si on prend le cas du japonais par exemple, on se rendra compte que pour un francophone la prononciation des voyelles est assez similaire à celle des françaises.

Et effectivement, en Chinois ou en Vietnamien pour ne citer que ces deux-là, il y a des tons. Mais la difficulté est vraiment exagérée.

Bien sûr les tons sont importants, mais ce n’est pas un facteur si critique pour la compréhension. En réalité même les locaux prennent souvent en compte le contexte plus que le ton pour comprendre ce que vous êtes en train de dire.

D’ailleurs, les occidentaux qui apprennent ces langues, en général après quelques répétitions, ils comprennent le ‘‘truc ” et  y arrivent de plus en plus facilement. Surtout que pour faire un son, on utilise des muscles dans la bouche et dans la gorge. Et comme tout muscle, une fois entrainé, l’exercice devient facile et naturel.

La deuxième fausse idée : L’écriture

Sur ce point, il faut bien faire la différence entre la difficulté d’écrire et avoir de la patience.

Autrement dit : écrire un caractère chinois n’est pas difficile. Ce n’est que quelques traits à faire. Et quand on connaît les 3 règles d’écriture des caractères, c’est très simple. Pour vous donner un exemple. Une fois ma mère voulait m’envoyer un colis pour mon anniversaire. À cette époque j’habitais à Shanghai depuis 2 ans. Ma mère n’est pas plus douée que la moyenne en dessin et elle ne connaissait pas du tout les règles pour tracer les caractères chinois. Et pourtant, elle a écrit l’adresse sur le paquet et il m’est parvenu sans problème. Donc si une femme qui avait déjà passé la cinquantaine a réussi  à écrire chinois, seulement en recopiant ce qu’elle voyait, alors je pense qu’avec un minimum d’apprentissage, tout le monde est capable d’écrire des caractères chinois.

Maintenant il y a pas mal de caractères à apprendre, c’est vrai. Ça va demander d’y passer un peu de temps. S’il y a un challenge en chinois, c’est celui-là. Mais là encore. Les caractères ont des systèmes d’indices pour être lu et reconnu. Pour prendre un petit exemple, beaucoup de caractères sont une représentation de ce qu’ils signifient (pictogrammes), et on reconnaît tout de suite la forme de ce qu’ils désignent. Pour d’autres, des éléments d’écriture donnent des indices sur leur signification ou leur prononciation (phonogramme), donc on s’y retrouve.

La calligraphie c’est tellement beau, que ça rattrape le petit temps de mémorisation. Mais une fois dans la tête, c’est comme le vélo, on n’oublie jamais vraiment.

Et si on prend le Coréen, leur système d’écriture : le Hangeul (40 lettres seulement), a été reconnu mondialement par des linguistes comme étant un unique système scientifique d’écritures. Si bien qu’en 1989, l’UNESCO a créé le prix de littérature ‘‘King Sejong’’ pour récompenser les personnes ou les organisations qui contribuent à l’éradication de l’illettrisme.

Troisième fausse idée : la grammaire

Quand on parle de grammaire, ça risque de vous surprendre, mais le chinois est une des langues les plus simples à apprendre.

Il n’y a pas genres, pas de conjugaison, pas de cas (nominatif, accusatif, etc.), pas de déclinaison et la grammaire sont très basiques.

Un autre exemple, en Japonais, il n’y a pas de singulier/pluriel, ni de féminin/masculin ni même d’article, c’est le contexte qui donne ces informations. Et la cerise sur le gâteau c’est qu’en général, les bases sont relativement faciles à apprendre et qu’après seulement quelques semaines on arrive facilement à se faire comprendre et s’exprimer dans un vocabulaire basique.

En revanche, si vous comparez avec le Hongrois ou le Finlandais, qui à première vue semblent moins intimidants, pourtant, leur grammaire est parmi les plus complexes de la planète.

Au final, si vous comparez le temps qu’il faut pour apprendre les spécificités des langues asiatiques, avec le temps qu’ils faut pour apprendre la conjugaison, les genres , les cas et la grammaire dans les autres langues, bien souvent ceux qui apprennent les langues asiatiques peuvent être efficace plus tôt.

2. Il n’y a jamais eu de meilleurs moyens d’apprendre ces langues que maintenant

Tous les outils digitaux d’aujourd’hui rendent l’apprentissage plus simple et plus ludique.

Finis le temps des gros dictionnaires lourds et poussiéreux. À devoir écouter des cassettes avec des qualités sonores qui laissent à désirer. Aujourd’hui on ne compte plus les logiciels pour ordinateur, les applications mobiles, les vidéos, podcast, les plateformes de musique, de plateforme de films spéciaux pour apprendre les langues, qui sont très motivantes et efficaces. Aussi, ils sont basés sur des techniques utilisant les neurosciences et permettant une mémorisation plus rapide.

L’explosion des réseaux sociaux et moyens de communication électronique nécessite quasiment plus l’écriture à la main.

Facebook, whatsup, twitter, instagram etc sont des plateformes qui sont utilisées en Asie aussi, et il y a leurs équivalent s locaux : wechat, kakao, weibo, etc  Tous sont équipés de systèmes qui permettent d’utiliser les 26 lettres de notre alphabet pour écrire le caractère. Et en Asie tout comme en Europe, la quasi-totalité des échanges sont maintenant digitaux. Vous écrivez des mails ou des textos tous les jours. Mais la dernière fois que vous avez écrit une lettre a la main ça remonte à quand ? En Asie c’est la même chose, donc ce que ça veut dire c’est que vous avez seulement vraiment besoin de reconnaitre les caractères et pas d’avoir à le retracer physiquement.

3.L’économie asiatique est dynamique et grandissante

La chine a une économie en plein boom et est en train de détrôner les États-Unis de la première place de super puissance. De plus elle est parmi les leaders dans toutes les industries du futur (sciences informatiques, génétique, spatial…)

Le Japon a été la 3rd plus grosse économie au monde. De grandes compagnies Japonaises sont établies à l’international et ont encré leur marque dans les mains des consommateurs du monde entier (Toshiba,Sony,Honda,Toyota,Casio…)

La Corée du Sud est un acteur économique très présent. Elle investit aux États-Unis et dans beaucoup d’autres nations. Avec la situation en constante évolution entre les deux Corée, il est certain que la Corée grandira en importance très bientôt.

ancient pavilion asiatique chine Hangzhou
Ancien pavillon asiatique, Hangzhou, Chine

4.Parler une langue asiatique est une compétence spéciale et peut faire sortir du lot votre CV

Bien sur, la condition c’est de savoir vraiment communiquer dans cette langue. Mais sachant que les acteurs asiatiques sont présents sur tous les marchés et que les touristes asiatiques font légion non seulement en France mais dans tous les pays du monde, parler ces langues et une compétence très recherche, et les salaires sont intéressants.

Vous pouvez instantanément devenir l’élément-clef d’une coopération dans un projet en Asie ou la coopération entre deux sociétés. Et puisque des pays comme la chine attirent beaucoup d’investissement étranger, les sociétés ont besoin de personnel pour aider à faire le lien.

Vous apportez quelque chose de différent et intéressez des recruteurs non plus d’un seul pays mais de deux pays, vous doublez vos chances.

5.Vous multipliez votre réseau de manière exponentielle

L’exemple le plus parlant est la chine avec son 1,4 milliard d’habitants, vous avez littéralement la possibilité de pouvoir discuter avec autant de personnes. Et c’est sans compter sur la diaspora chinoise qui est présente dans tous les pays du monde. Vous ouvrez la porte à une multitude d’opportunités qui ne se limite plus seulement à l’Asie, car les Chinois sont dans tous les pays du monde.

Le japonais est la 4e langue la plus utilisée sur l’internet.

Vous avez l’opportunité de vous connecter avec des gens que vous n’auriez jamais pu rencontrer si vous n’aviez pas pu parler leurs langues. Votre cercle d’amis et de relation s’en trouve décuplé.

6.Une culture étonnante

La culture ancestrale d’Asie est mondialement connue. Des paysages hors du commun, un art de vivre incroyable et une histoire très riche.
La culture du the, du zen, le shiatsu, le yoga…
Les arts martiaux (le Kung Fu, le judo, le taekwondo, le Viet Vo Dao, le Muay Thaï) … tout cela vient d’Asie.

Vous avez l’opportunité de voir le monde sous un angle complètement différent.

J’ai une amie du Québec qui a passé quelques semaines en Chine et de retour au Canada après quelques mois elle m’a dit ‘‘la chine me manque “. Et quand j’ai voulu savoir pourquoi, elle m’a répondu : ‘‘les gens là-bas sont plus dynamique, l’énergie est centré sur la créativité, les gens sont orientées solutions, c’est super-motivant !’’

Parler une langue asiatique vous permettra d’explorer plus en profondeur la richesse d’une telle culture.

7.La gastronomie

cuisine asiatique chinoise riz crevette bœuf
Cuisine asiatique-chinoise, sauté de crevette, fruit de mer et bœuf braisé

S’il y a bien un endroit sur terre où il y a un florilège de saveurs qui peut donner un orgasme à votre palais, c’est bien la cuisine d’Asie.

Quand j’ai des déplacements en Europe ou en Amérique, je vois souvent des Asiatiques qui mangent dans des restaurants Chinois, Japonais, Thaïlandais ou Coréen. Et à chaque fois, je me demandais pourquoi ils n’essaient pas d’apprécier les mets locaux. Je n’ai jamais trouvé la réponse jusqu’au jour ou au lieu d’effectuer un déplacement de seulement quelques jours, je suis resté quelques mois aux États-Unis et en Argentine. Et au bout d’un moment, il fallait absolument que je mange chinois. Ça devenait un manque ! J’avais trop envie de sentir les épices dans ma bouche, de gouter une grande diversité de parfums, de pouvoir apprécier des textures propres à la gastronomie des pays extrêmes orientaux. En plus, vu que je suis un régime sans gluten, tous les plats à base de riz sont parfaits pour moi.

Pouvoir parler la langue et avoir accès à la vraie nourriture locale, c’est un autre monde. Car oui, désolé de vous le dire, mais ce qu’ont nous sers dans les restaurants asiatiques en occidents, ça n’a rien à voir avec ce qu’on mange ici. (D’ailleurs rien que le fait d’en parler, ça m’a donné envie, je vais aller me commander quelque chose)

8.Améliorer les capacités de votre cerveau et votre santé

Des études montrent que quand on parle une langue asiatique, particulièrement si celle-ci a une écriture différente (comme les Kanji, caractères chinois, etc.), ces langues activent beaucoup plus de zones dans notre cerveau. De plus, parler en utilisant les tons permet d’utiliser les deux lobes temporaux, permettant ainsi d’améliorer les connexions entre les deux. Il en va sans dire que cela permet de renforcer vos capacités cérébrales

Concernant les opportunités pour la sante, dans un autre registre, je souffre de deux maladies chroniques depuis mon enfance. Et avec le temps ce genre de maladie ne s’arrange pas du tout. Après avoir tenté des médecins en France et consulté les plus grands hôpitaux de Shanghai, je me trouvai condamner à vivre avec une maladie qui dégradait beaucoup ma qualité de vie. Les douleurs étaient si intenses et la fatigue tellement importante que j’en ai même perdu un emploi. Récemment une cliente m’a présenté un docteur de médecine traditionnelle chinoise dont le maitre était très réputé. Le genre de personne qu’on ne rencontre que par relation. Aujourd’hui je suis encore sous traitement avec ce docteur, et mes symptômes se sont améliorés à plus de 85%. J’ai bon espoir d’en finir avec ces problèmes de santé. Je n’aurai jamais pu avoir ça si je ne parlai pas chinois.

Les vertus du QI gong chinois, du shiatsu Japonais, des massages thérapeutique Thaïlandais, la réflexologie Coréenne, … ne sont plus à démontrer. Ce sont autant de pratiques qui peuvent aussi vous bénéficier même si vous ne les utilisez que pour de la relaxation, du bien-être ou juste pour vous maintenir en forme. Mais quand vous parler les langues locales et pouvez vraiment échanger avec votre praticien, alors vous faites une expérience à un autre niveau et accédez aussi à des bénéfices d’un autre niveau.

Est-ce que vous étudiez déjà actuellement une langue asiatique ? Quelles sont vos difficultés ?

Ou songez-vous à en apprendre une ?

Faites-le-moi savoir ! Laissez-moi vos commentaires en dessous