Pourquoi parler le chinois remonte votre estime personnelle ?

Sur le marché du travail, j’ai entendu quelques fois les sons de cloche suivants :

-“si on parle chinois, sur le CV c’est un gros plus”

-“dans les années qui viennent, il y a de plus en plus de chance que votre patron soit chinois”

-“le Chinois tout seul ne suffit pas, il faut une autre compétence”.

Une anecdote pour accompagner cela :

Il y a un longtemps, j’ai travaillé avec une entreprise française dans le milieu des vins et spiritueux en tant que commercial sur le sol de l’empire du milieu.

Un jour le patron a voulu renégocier mes primes et m’a dit : “avec ce que tu gagnes, tu dois vivre comme un pacha en chine et en plus tu gagnes plus que les filles au bureau (alias, sa secrétaire et sa comptable)”, et plus tard il ajouta :

“les langues c’est facile, moi j’ai un dictionnaire dans la voiture, quand je vais en Italie, je me débrouille très bien avec”.

Inutile de perdre du temps sur la finesse de son attitude et sur la qualité de ses arguments.

Mais ça me fait toujours rire quand je vois des personnes comme ça qui sont bourre de stéréotype et qui s’attaque à des marchés dont ils ne connaissent rien sans même un semblant de stratégie.

Ici, la chose que je trouve le plus intéressante c’est comment est considéré le chinois par rapport aux autres langues.

Certains se disent, « une langue étrangère c’est une langue étrangère, la façon dont j’ai appris à baragouiner l’espagnol sera parfaite pour apprendre le chinois ou le japonais. »

C’est là où ça coince, car si c’était si facile pourquoi il n’y a pas plus d’Occidentaux qui parle chinois ?

Une fois en regardant un show télévisé sur CCTV, un des invités qui étaient de la province du Sichuan a dit sur le plateau qu’une des épreuves dans sa vie qu’il avait été très fier de passer grâce à des efforts et qui lui avait donné confiance en lui, c’était le fait d’avoir réussi à parler mandarin.

Sur le moment j’ai été choqué par ce qu’il venait de dire, et je me suis dit qu’il avait peut-être des problèmes personnels étant petit qui l’empêchait de parler correctement ou d’apprendre…

Mais quelques secondes plus tard, le présentateur juste à côté de lui était originaire de la même province et bien que son mandarin fût juste parfait, il a déclaré qu’il avait eu beaucoup de mal à l’apprendre lui aussi.

Ce genre de commentaire a tout de suite existé ma curiosité.

Comment se fait-il que des Chinois eux-mêmes trouvent qu’il est difficile d’apprendre leur langue maternelle ?

La langue qui les entoure chaque jour !

La première raison, et la plus simple, celle qui n’étonnera peut pas ceux qui ont déjà quelques connaissances sur la chine, c’est que dans le pays du Kung Fu, il y a une multitude de dialectes et de patois.

C’est difficile à imaginer pour un français ou nos quelques patois ont déjà presque tous disparus.

Mais en chine, c’est le pain quotidien.

Jusqu’à pas si longtemps ça posait un vrai problème.

Imaginez si vous entrez dans une classe ou que vous faites une réunion et que toutes les personnes dans la pièce viennent d’un département français diffèrent et que chacun parle son propre dialecte, même si on est tous du même pays, personnes ne pourraient se comprendre.

C’est pour ça qu’en chine, on a mis au point “la langue commune” le 普通话 putonghua.

À l’échelle de l’histoire, ceci a été mis au point il n’y a pas si longtemps (XXe siècle).

Par conséquent, suivant ce qu’un chinois parle le plus à la maison ou dans leur vie quotidienne, leur langue commune ou mandarin, est plus ou moins bien maîtrisé.

A titre d’exemple vécu, lors de mes déplacements en Chine, dans des situations dont j’ai l’habitude et que je maitrise sans difficultés, je n’étais pas capable de m’en sortir. Il y a même une fois ou j’ai été obligé de téléphoner à une amie pour lui passer le combiné téléphonique et qu’elle joue les interprètes avec l’employé de la compagnie de logistique. Tout ça, alors que je n’avais pas changé de pays, j’étais juste allé dans la province d’a cote !?!

Je vais essayer de vous retranscrire la situation :

Le téléphone était en haut-parleur, je pouvais donc suivre la conversation entre les deux.

Imaginez que la conversation est en chinois (je vous donne l’équivalent en français). Et là j’ai assisté à la scène suivante :

Mon amie lui dit : “Bonjour monsieur le logisticien, il faudrait envoyer une partie des colis suivants à Shanghai et une partie à Hainan, quand est-ce que vous pouvez venir enlever la marchandise, combien de temps il faut pour arriver a destination et pouvez faire une facture officielle pour deux compagnies ?”

L’ouvrier  : “@#$%^)(*&*) 哈¥%……&*如)*&果)(*&人)(*风格”

Mon amie : “pardon, est ce que vous pouvez répéter ?”

L’ouvrier  : “唔%……&*()(*@#$%^)(*&*) 哈¥%……&*如)*&果)(*&人)(*风格”

Mon amie : “désolé ce n’est pas très clair, est ce qu’un véhicule ça suffira ou pas ?”

L’ouvrier : “唔%……&*()(*@#$%^)(*&*) 哈¥%……&*如*&果)(*&oi 皮u给kj uyp%……&iuyc不(*&¥#能”

Mon amie : “excusez-moi, est ce que vous pouvez parler mandarin ? ”

L’ouvrier : “Mé cé qui je parle madame cé exactement di mandarin !”

Sur le moment je me suis retenu pour ne pas froisser l’employé mais à chaque fois que j’y repense j’ai toujours envie de rire.

On pourrait penser que c’est un cas isolé et que des cas comme lui il n’y en a pas beaucoup.

D’une certaine manière, avec tous les efforts pour l’apprentissage du mandarin sur le territoire, il est vrai qu’il y en a de moins en moins.

Cependant il faut bien comprendre l’impact des dialectes dans la société chinoise. Ainsi même si certain pourront mieux s’exprimer en mandarin, ça ne veut pas dire pour autant que leur mandarin est standard, ils auront peut-être des mots parasites, une prononciation coupée au couteau et des tons qui font le grand huit.

Il est à noter que les Chinois qui se destinent à devenir enseignant, que ce soit au jardin d’enfants jusqu’à l’université doivent passer un test de chinois pour avec la certification que leur mandarin est standard pour donner les cours.

Comme vous l’avez vu avec l’exemple du présentateur TV et de son hôte, même pour certains d’entre eux, apprendre le mandarin, même si leur chinois a plus de points communs avec le mandarin (en tout cas plus que le français 🙂 cela n’a pas été sans mal.

On comprendra mieux pourquoi les Chinois donnent toujours des appréciations positives lorsqu’un étranger parle chinois. Ils s’imaginent bien que si pour eux ce n’est pas simple, alors pour celui qui vient de loin, ça doit être encore plus dure.

Ce qui n’est pas totalement faux.

Si bien qu’en Chine il y a une discipline dans la linguistique qui s’est formée vers les années 70-80, c’est « le chinois langue étrangère ».

Et il en va de même en France. Nous avons aussi des chercheurs universitaires et des linguistes qui travaillent sur des moyens d’optimiser l’apprentissage du chinois.

S’il y a eu le besoin de créer une discipline spéciale dans le domaine de la recherche pour le chinois, c’est bien parce que cette langue est particulière et qu’elle nécessite une approche différente des autres langues.

D’ailleurs, parmi les hypers polyglottes, j’ai remarqué dans 90% des cas, que lorsqu’ils se mettaient à apprendre une langue asiatique, il ne s’y prenait pas de la même manière dont ils ont appris les autres langues.

Mais alors, le chinois c’est trop difficile ?

Ce que je veux mettre en relief ici, ce n’est pas tellement la difficulté de l’apprentissage de cette langue, mais plutôt l’idée reprise de la phrase de Joel Bellassen que « a langue différente, méthodologie différente » .

Car aujourd’hui avec les moyens dont on dispose, les études qui sont faites dessus, on a à notre disposition des outils qui rendent l’apprentissage beaucoup plus facile ludique et amusant qu’auparavant.

C’est fini le temps où il fallait apprendre plusieurs dizaines de textes entiers dont on se martelait le cerveau par répétition pendant plusieurs heures par jour.

Ou il fallait passer par 3 dictionnaires pour retrouver la clef du caractère jusqu’à sa définition.

De mon temps, il y avait tellement peu de matériaux en français qu’au mieux on devait passer par de l’anglais et avoir absolument un professeur en classe.

Ceci remettant à la chance, le hasard de tomber sur un professeur qui rende la matière intéressante, compréhensible et vivante.

Et si vous aviez survécu à tout ça, il y avait l’épreuve ou bien des braves sont tombés, celle de la ténacité sur le long terme. Car toute cette discipline devait être tenue pendant plusieurs années pour prétendre à pouvoir parler couramment le mandarin (entre 5 et 10 ans).

Aujourd’hui on a des moyens didactiques qui rendent les choses beaucoup plus ludiques, on a des moyens pédagogiques qui littéralement vous donnent un pincement au cœur quand la classe est finie et vous rende impatient d’ouvrir votre livre ou d’avoir accès au prochain cours comme un enfant au 23 décembre qui n’en peut plus d’attendre Noël.

Avec une vitesse d’assimilation de la langue qui a été coupé par 3 , par rapport au temps qu’il fallait autrefois.

Aussi la langue a des particularités qui la rendent moins ardu que d’autres, mais vu que nous sommes tous des hommes et des femmes, nous sommes dépendants de la limite humaine. On n’apprend pas le chinois en 2 ou 3 mois comme certains voudraient nous le faire croire.

Matrix est un excellent film mais malheureusement on ne peut pas s’injecter un program dans la tête, et 5 secondes plus tard se réveiller et dire “Je connais le mandarin !”

En fait, l’idée ici c’est plutôt celle d’un voyage. Vous pouvez partir à dos d’âne, avec une couverture en guise de selle qui glisse tout le temps, un sac à dos de 30 kilos sur le dos avec un sextant pour vous guider ou alors vous pouvez partir en cabriolet automatique avec toit ouvrant, siège cuir tout confort, bagages dans le coffre et un GPS .

Dans les deux cas vous serez obligé de conduire mais pas dans les mêmes conditions. Donc celui qui continuera à conduire arrivera à destination, encore faut-il conduire.

Pour conclure

Apprendre le chinois va développer une gymnastique cérébrale, votre capacité a reproduire, une sensibilité à la linguistique et une sorte d’intuition lors des échanges sociaux via ce qu’on va acquérir du côté culturel.

Clairement, apprendre une telle langue vous fait progresser sur plusieurs plans et vous rend meilleur.

Cette langue n’est pas forcément plus difficile qu’une autre mais il est certain qu’il faut un certain temps et une organisation pour bien apprendre le chinois.

En accomplissant le fait d’apprendre ou de parler couramment le chinois, vous démontrez des capacités de ténacité et d’intelligence d’un niveau supérieur.

Oui, et je pèse mes mots.

Ainsi quand un employeur ou quelconque autre personne qui ne connaît rien ou peut sur les compétences que vous avez développées grâce à votre apprentissage du Chinois, quand celui-ci vous critique ou tente de minimiser votre compétence, ne laissez en aucun cas les paroles de cette personne vous atteindre.

Pour toutes ces qualités et connaissances que vous apprenez, développez et améliorez, vous faites preuve de qualités que peu de gens ont. Et la science est de votre côté.

Le jour où j’ai pris conscience de ça, beaucoup de choses ont changé dans ma vie, je souhaite qu’il vous apporte autant de bénéfice !

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

About the author

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *