4 clefs pour passer les barrières de la compréhension

Souvent, qu’est-ce qui vous empêche de comprendre un texte ou un dialogue alors que vous connaissez tous les mots ?

En d’autres termes vous reconnaissez tous le vocabulaires mais vous ne comprenez pas le sens de la phrase.

Quand cela arrive, c’est généralement en relation avec la grammaire.

C’est-à-dire comment les mots sont placés dans la phrase pour exprimer une idée.

Des fois ce genre de problème peut être causé par les différentes définitions d’un mot ou même à cause des différences culturelles.

Si cela vous empêche de comprendre ce que vous lisez ou ce que vous entendez, que pouvez-vous faire ?

Créer un système personnel

Les manuels, les méthodes, les plates-formes, les applications où tout autre façon d’apprendre une langue de nos jours sont surtout des ressources.

C’est-à-dire qu’ils sont des endroits où on peut trouver le contenu de vos cours.

Cependant il y a deux obstacles en utilisant les ressources traditionnelles :

  1. Ces supports s’adressent à une audience très large.

Ainsi généralement les informations ne sont pas assez adaptées à l’usage que vous souhaitez en faire personnellement.

C’est pourquoi pour certains les informations seront trop abondantes ou trop scientifique.

Et le contraire est vrai aussi, un contenu trop épuré ou dépourvu de précisions pour ceux qui ont besoin de creuser plus profond les laissera sur leur soif.

Pour ceux dont le niveau permet de jouer sur les nuances, ils auront besoin de plus de détails, un matériel trop simpliste ne sera pas adéquat.

2. La méthodologie est inexistante ou peu efficace. Avoir un bon contenu c’est primordial, mais savoir quel document étudier en premier, combien de temps, combien de fois ou tout autre question concernant comment procéder est tout aussi important. C’est un peu comme les courses automobiles :vous n’imagineriez pas gagner une course de rallye avec une deux-chevaux, il faut donc un moteur puissant (le contenu). De l’autre côté, si les pilotes ont la bonne voiture mais pas de plans ni de moyen d’orientation pour les guider, ils ne gagneront pas la course non plus.

La méthodologie peut multiplier le temps d’apprentissage à l’infini et faire perdre un temps phénoménal.

Il faut ajouter à ça que deux personnes n’apprennent pas de la même manière.

Pour pallier à ça, j’ai intégré dans mon apprentissage un système personnel.

Chaque action s’emboîte ou sert de base à la prochaine étape, le tout est dirigé suivant des principes qui ne sont pas choisis au hasard.

Depuis que j’ai mis en place mon système, j’ai remarqué que ma progression était plus palpable, que j’arrivais à mieux situer mon niveau et qu’il était plus facile d’identifier mes faiblesses pour y remédier.

Aussi, puisque ce système est évolutif, il s’adapte suivant mes besoins du moment et change avec le temps suivant ce a quoi je me prépare :

-un test écrit,

-un entretien,

-une présentation, etc…

Voici quelques tactiques que j’utilise :

Référencez les mots-outils

Au fur et à mesure des leçons qu’on prend, on accumule du vocabulaire et des notions de grammaire. Avec le temps il peut arriver d’avoir un trou de mémoire ou que l’arrivée d’une nouvelle notion bouscule un peu notre compréhension d’un concept et qu’on ait besoin de revoir un point en particulier d’un cours précédent.

Cependant on ne se rappelle pas forcément à quelle leçon ce point appartenait, ou peut-être même dans quel manuel on l’avait vu.

Sans compter que des fois il y a un élément clef qui est important et on n’a pas envie d’avoir à se refaire toute la leçon avec les exceptions, tous les exemples, etc.

C’est le cas avec les particules, par exemple :

En chinois : 所,过, 倒,之,来,起,…

En coréen : 에, 에서, 에게, 도, 만, 까지, 조차, 부터, 마저…

Dans ce cas-là, j’utilise un fichier Excel dans lequel je place chaque particule ou chaque point de grammaire en mettant :

  • Une rapide explication,
  • La source ou le point de grammaire est expliqué en entier
  • Un exemple simple

On peut ajouter autant d’information qu’on le souhaite avec par exemple à quel niveau de ‘langue cela appartient (HSK1,2, 3… TOPIK 1,2…), ou d’informations que vous jugez utiles.

Ceci vous permet de personnaliser votre cours en mettant que ce qui vous parle vraiment et en ne mettant que l’essentiel que vous avez vraiment besoin. Mais surtout, cela permet de retrouver un mot de vocabulaire ou une particule beaucoup plus rapidement en cas de doute ou d’oubli.

Pour ceci il suffit de faire la manœuvre « Ctrl F », une petite fenêtre va s’ouvrir, de taper le mot que vous cherchez et Microsoft Excel vous montrera ou se trouve le mot dans votre tableau.

En trois clics et quelques secondes vous retrouvez juste ce dont vous avez besoin.

Plus besoin de faire l’équilibriste sur une chaise pour attraper le manuel de grammaire qu’on avait mis en haut d’un meuble ni de se casser le dos en récupérant le gros dictionnaire coincé sous une pile d’autres livres ou de boîte de chaussures.

Pour les sinisants de faculté, chercher à l’ancienne dans le 新华字典 la clef d’un caractère, puis le caractère en lui-même pour finalement arriver à trouver sa définition pour ensuite revoir toute les explications et exemple, ça doit vous rappeler quelque chose…

Et si jamais dans la définition il vous manque un mot-clef, c’est reparti pour un tour (Je m’en rappelle encore, ça me prenait mes weekends pour rechercher juste quelques éléments.)

Donc faire sa propre organisation vous fera économiser un temps incroyable et permet de garder un œil sur sa progression et de réviser à tout moment.

Actualiser son propre dictionnaire

Lorsque je cherche des mots dans le dictionnaire, je suis assez frustré quand je trouve une définition qui n’a rien à voir avec le contexte ou qui a une relation mais qui ne permet toujours pas une traduction claire. Sans compter les fois où il s’agit d’expression de trois caractères ou plus et l’expression est inexistantes dans le dictionnaire alors que vous avez vu cette expression au moins trois fois dans une série TV…

Et c’est à ce moment que commence une véritable chasse au trésor :

On cherche le mot dans le gros dictionnaire chinois-français, si on trouve pas on va chercher sur les traducteur en ligne ( 25% de chance de réussite…) , on se tente à chercher sur Baidu ou dans le 现代汉语词典, mais trouver le mot ici, ne veut pas dire en comprendre la définition.

Mais comme on dit quand on cherche, on trouve…

Normalement si je tombe sur un mot ou une expression un peu spéciale, je fais la navette entre plusieurs dictionnaires et quand je trouve le mot… bien sûr, il faut le noter !

Mais si on note le mot dans un livre ou dans le manuel, le jour ou on en a besoin et qu’on l’a plu en mémoire, il va falloir refaire toute la démarche depuis le début…

Pour parer à ça, j’utilise un dictionnaire évolutif, lui aussi.

Pour ceci j’ai besoin des trois éléments suivants :

  • L’application Pleco
  • Le programme Wenlin 文林
  • Dictionnaire Le Ricci

Si c’est la recherche d’un mot, tout d’abord j’utilise Le Grand Ricci.

C’est un dictionnaire encyclopédique, le plus grand dictionnaire bilingue entre le chinois et une langue occidentale. C’est une base solide et dans 90% des cas, je trouve ce que je cherche. Mais sur certain mot plus d’actualité où des expressions particulières, des fois le sens peut rester encore un peu flou.

Dans ce cas-là je fais une recherche sur Pleco ou sur Wenlin.

Les deux dictionnaires sont en Chinois anglais mais ils sont des références complémentaires au Ricci.

À savoir que le Ricci est un gros dictionnaire qui est gros comme un parpaing , avec le poids qui va avec. Donc pas vraiment l’outil facile à porter de main si on voyage et qu’on a besoin de vérifier un mot rapidement.

Cependant, il a été digitalisé et il est en accès payant en téléchargement sur Pleco justement 😊

Il coûte environ 60 Euros et utilisable 5 ou 6 ans. Donc ça reste rentable.

Mais c’est maintenant ou Wenlin 文林 devient la clef de voûte du système.

Ce dictionnaire encyclopédique qui a plein de fonction très intéressante, en a une en particulier qui est unique et qui est celle de pouvoir modifier par vous-même le contenu du dictionnaire comme ajouter VOTRE définition.

Vous pouvez implanter et personnaliser votre dictionnaire à volonté !

Une fois que j’ai trouvé une définition qui me convient, je l’écris dans Wenlin et je peux y mettre en exemple la phrase du texte ou de la série TV où je l’ai trouvé.

Ce dictionnaire coûte entre 3 et 100 USD. Ça dépend de la version que vous prenez, des dernières mises à jour et service.

Pour ma part la version logicielle pour ordinateur que vous pouvez copier autant de fois que vous le souhaitez sur vos PC a environ 40 Euros est largement suffisante.

Donc avec Pleco et le Ricci sur votre téléphone et wenlin sur votre PC, vous pouvez faire face à presque toutes les situations et intégrer tout ça dans vos notes portables et votre système.

Avoir un réseau

Dans certains cas, pour des tournures de phrases des expressions ou quelques mots, il y aura sans doute toujours quelques questions, très certainement aussi causer par le côté culturel, vous aurez donc besoin d’un natif pour vous aider.

Ainsi avoir un ami chinois, un partenaire de langue ou un tuteur/professeur en chinois avec des rencontres en face à face est la meilleure solution.

Pour avoir ce genre de personne à ses côtés, il n’est toujours nécessaire de payer, mais pour faire des connaissances ou des amis, il est certain qu’il va falloir aller à la rencontre de l’autre et parfois faire preuve d’un peu d’audace.

J’imagine que si vous êtes sur ce blog c’est pour apprendre une langue asiatique, donc à la base vous êtes une personne qui veut communiquer, développer son cercle d’amis et découvrir une autre culture. Voilà une occasion parfaite.

Évidemment, suivant votre mode de vie et votre situation géographique, il sera plus ou moins facile d’avoir accès à la population qui vous intéresse. Il en va de même pour l’autre personne, son emploi du temps et sa motivation ne correspondront peut-être pas à la vôtre, donc se rencontrer en tête à tête risque d’être peu fréquent.

Mais là encore il y a des moyens pour obtenir l’aide des autres et obtenir des réponses à vos questions. Vous pouvez utiliser des applications ou des réseaux sociaux spécialisé dans l’échange linguistique. Par exemple vous avez “Hello Talk“。Cette application permet d’utiliser du texte, des images, des vidéos et aussi du son. Il y a beaucoup de locuteur natif asiatique qui sont sur cette plateforme. En ce qui concerne le chinois mandarin, si vous écrivez votre question, dans une majorité des cas, vous obtiendrez une réponse sous quelques minutes.

Apprendre une langue est une activité qui demande d’investir du temps. Et pour les langues asiatiques, encore plus de temps que pour les autres langues. Donc autant rendre ce temps le plus efficace possible. Mais aussi le plus agréable possible.

Si vous ne trouvez vraiment pas la définition d’un mot ou d’une expression, ne restez pas bloquer dessus à ruminer et nourrir un cancer. Passer ce mot et continuer votre lecture.

Si le mot est important, il réapparaîtra et le contexte donnera des indications supplémentaires qui mettront en lumière sa définition.

Voyez votre apprentissage d’une langue comme un marathon. Chaque pas que vous faites est un pas vers le trophée.

Chaque mot, chaque caractère, chaque règle de grammaire, chaque expression que vous apprenez, chaque minute que vous passez vous rapproche de votre objectif. Derrière vous il y a des gens qui cours aussi mais beaucoup s’arrêtent à un moment. Certains étaient peut-être plus rapides que vous ou même avaient d’avance mais vous avez toujours continué d’aller vers l’avant, et vous les dépassez petit à petit.

Sur le chemin, profitez du paysage, c’est le meilleur moyen de passer la ligne d’arrivée avec le sourire.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

About the author

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *