Comment mieux mémoriser le vocabulaire chinois ?

S’il y a bien un point commun entre toutes les langues du monde, c’est bien de pouvoir retenir un certain nombre de mots. C’est encore plus vrai dans l’apprentissage du chinois avec tous ces caractères et tons à retenir. Donc comment mieux mémoriser le vocabulaire chinois ?

Voici quelques méthodes que j’ai utilisé et qui m’ont bien aidé dans mon apprentissage du chinois, en particulier lors des tests et interrogation. Elles vous aideront sans doute à retenir de manière plus efficace et sur une plus longue durée votre propre vocabulaire.

apprendre a lire les caractères chinois
apprendre a lire les caractères chinois

On ne se souvient que de ce qui nous marque

Il est vrai que Les mots chinois sont souvent composés de peu de syllabes et donc sont relativement courts. C’est justement ce qui fait qu’ils ont vite fait de glisser et s’échapper de notre tête.

Il est donc très clair à ce niveau que la première qualité requise c’est la mémoire.

Comment expliquer que certains mots, on a beau les rabâcher, les réviser plusieurs fois et au moment où on en a besoin, on s’en souvient plus ou très peu.

Alors que des fois, une personne nous dit une chose une seule fois, et on oubliera jamais ses paroles, mot pour mot.

C’est à cause de l’impact que ces mots ont eu sur nous.

Par exemple, quand par malchance on a vécu de mauvaises expériences, surtout celles qui nous ont le plus touché, on souhaite les oublier, pourtant on se souvient de toute la scène avec une exactitude incroyable.

Ceux qui étaient là, qui faisait quoi, comment était l’endroit, qui disait quoi…, etc.

Le plus incroyable dans tout ça, c’est que ces événements ne se sont produit qu’une seule et unique fois. Pourtant on pourrait décrire toute la scène et ce qui s’est dit avec une précision digne d’un script de cinéma. Et on s’en rappellera parfois pendant des années, voire même, toute sa vie.

Donc l’émotion permet de marquer dans notre mémoire des choses de la même manière qu’on grave des mots dans la pierre.

Cependant sans aller jusqu’à se rappeler des expériences traumatisantes, ni avoir besoin de sauter d’un avion pour se rappeler du mot « parachute », quand un sujet nous intéresse, on a tendance à retenir plus d’un cours ou d’une conversation sur le sujet. Alors qu’au contraire quand on n’a pas d’intérêt particulier pour celui-ci, on n’en retiendra même pas un quart.

Bien sur ! L’intérêt attire l’attention. Du coup on se concentre mieux et on retient plus, me direz-vous.

Ce n’est pas faux et ça semble si évident.

Mais laissez-moi aller plus loin dans le raisonnement car c’est là où se trouve une clef très précieuse que peu de gens connaissent, et même que beaucoup d’enseignants sous-estiment.

Ainsi, l’intérêt facilite la rétention, c’est un fait ! Et bon nombre d’études sur le sujet ont déjà depuis longtemps confirmé et prouver la chose.

Cependant si vous réfléchissez aux choses auquel vous avez de l’intérêt, ce sont des sujets que vous maitrisez ou tout du moins que vous comprenez. Et c’est bien parce que vous les comprenez qu’elle vous intéresse encore plus.

C’est parce que vous les comprenez, que vous les analysez plus profondément et pouvez les associer à des sujets ou des choses en relation.

Et c’est le détail qui fait toute la différence, on ne peut se souvenir que de ce qu’on ne comprend pas !

Si un mot ou une expression n’évoque rien pour vous, il ne peut pas vous toucher. Il ne peut pas créer une émotion en vous. Ce que vous ne comprenez pas restera isolé dans votre mémoire.

L’isolation ne permettra pas la connexion à d’autre chose. Au bout d’un moment le mot va glisser hors de la mémoire ou être poussé dehors par d’autres mots ou expression qui eux auront des connexions qui les stabiliseront et les fera rester.

Cependant, on ne peut pas s’intéresser à tous les sujets du monde et des choses du quotidien ne sont pas détestables mais pas plus passionnantes que ça.

C’est vrai ! Mais là encore il y a des moyens pour les rendre plus compréhensibles et plus intéressantes.

Les éléments des caractères chinois

Depuis des millénaires, les Chinois écrivent avec des caractères. Et ça n’est pas plus facile pour les Chinois que pour les Occidentaux d’apprendre et retenir autant de caractères.

Bien que la légende de la création des caractères chinois par Cang Jie (仓颉) nous indique que celui-ci les aurait créé après avoir observé un chasseur en action. En effet le chasseur aurait identifié l’animal qu’il poursuivait en voyant l’empreinte que l’animal en question avait laissé sur le sol.

À la suite de cet événement il aurait créé un premier système d’écriture qui avait pour objectif que celui qui voit les caractères puisse tout de suite reconnaitre la forme de ce qu’il représente. Ainsi à l’origine, les caractères chinois étaient formés de pictogrammes.

Le bon côté avec les caractères chinois, c’est que même s’ils ont été simplifié, ils portent encore cette marque du passé. Il y a toujours une part représentative dans chacun d’eux. Et l’étymologie de certains caractères n’a pas trop changé à travers les âges et si vous avez quelques notions à propos de comment s’est formé sa définition, sa connotation et un peu de son étymologie, vous retiendrez mieux le caractère en lui-même.

Par exemple , si vous prenez le caractère电 qui signifie : électricité.

Naturellement les anciens chinois ne connaissaient pas l’électricité comme on la connaît aujourd’hui.

Mais si on regarde d’où ça vient, a la base le caractère田(Tian) représente un champ. Au-dessus de celui-ci passe un éclair, et avec le travail du temps le caractère est devenu la forme que nous connaissons aujourd’hui电.

L’exemple ci-dessus est très simple et s’adresse aux débutants, mais le concept est applicable pour des caractères plus compliqué ou pour les expressions à quatre caractères (成语) dont voici un exemple :

l’expression 背井离乡signifie quitter son village natal plus ou moins contre son gré.

Avant dans les anciennes maisons chinoises, il y avait un puits (井) au centre de l’habitation. Ainsi quand vous tournez le dos (背) au puits de la demeure familiale, il y a de forte chance que vous quittez la région (离乡).

À la lumière de cette explication, on voit tout de suite la logique et la relation entre les éléments. Ajoutez à ça un petit contexte historique ou culturel et vous comprenez aisément la signification de背井离乡 . E avec cette methode vous vous en rappellerez pour une plus longue période

En apprenant l’histoire derrière un mot, ça ne vous aide pas seulement à vous rappeler du mot en lui-même, mais du schéma de penser qui a servi à construire tous les mots et caractères chinois.

Le regroupement de mots

Voici une technique que je trouve très efficace.

Lorsque vous avez une liste de vocabulaire assez longue, il y a fort à parier que beaucoup de mots sont composés par des mêmes caractères.

Peut-être même qu’ils ont un sens très proche et qu’il y a seulement une petite nuance à connaitre entre eux.

Par exemple :

监视

监管

监控

监督

En général, je les regroupe ensemble et les apprends d’un bloc pour les identifier clairement et connaitre le nombre définit de possibilités se rapportant au caractère commun mais en mettant en relief la différence entre chaque.

Si je les avais appris indépendamment et mélangé avec d’autres mots qui n’ont pas un rapport direct, j’en oublierai sans doute une partie. Le pire c’est que je ne ferai sans doute pas (ou peu) la différence entre chacun.

Cela marche aussi avec les mots d’autre support comme un thème, un champ lexical ou un texte que vus voulez étudier.

La prononciation

Suivant les approches, certains vous diront que la prononciation doit s’apprendre après avoir appris le caractère ou le mot écrit. D’autres pensent qu’apprendre la prononciation d’abord est plus naturel.

Pour ma part, après avoir observé comment les parents chinois enseignent à leurs enfants, comment les enfants chinois apprennent à l’école et comment les chinois échanges entre eux, je dirais que l’un ne va pas sans l’autre.

Pour mettre un maximum de chances de placer le mot dans votre mémoire, il faut qu’il ait le plus de connexion possible. Car des fois on oublie comment ça s’écrit mais on se souvient de comment le prononcer et vice-versa. Et si vous avez déjà la moitié, l’autre moitié va vous revenir rapidement.

Donc je recommande d’apprendre comment se prononce le mot en même temps que vous apprenez comment l’écrire. Et lorsque vous allez faire vos séries de caractères ou de mot pour les retenir, prononcez-les à haute voix.

Maintenant, pour que votre prononciation soit juste, connaitre les limites phonétique de la langue va vous aider baliser le terrain et donc gagner du temps. Mais aussi à prendre confiance en vous, car comprendre que la montagne n’est peut-être pas si haute après tout va vous rendre service sur le plan technique et moral.

En chinois mandarin, il y a 416 syllabes possibles. Et les 4 tons sont applicables sur l’ensemble de ces syllabes. Cependant si on sait que sur certaines syllabes spécifiques, un seul ton est utilisé et que beaucoup de syllabes sont extrêmement rares ou absentes de la langue parlé, cela réduit le nombre de son à apprendre.

Donc si vous connaissez les règles qui régissent la prononciation des caractères chinois, il sera plus facile pour vous de les retenir et de vous en rappeler.

Caractère chinois Yong
Caractère chinois Yong

Boîte à outils moderne et moins moderne

Aujourd’hui on entend beaucoup parler de grand ensemble de méthodes pour accélérer la mémorisation de vocabulaire.

Parmi les plus populaires il y a les méthodes pour aider la mémoire par des procédés d’association mentale ou plus communément appelé mnémotechnique.

Ils comprennent les techniques comme la liste du soleil ou celle du palais de mémoire.

Et de l’autre côté, il y a les méthodes dites de répétition espacé que vous pouvez construire par vous-même ou pouvez même utiliser des logiciels pour votre ordinateur ou votre Smartphone.

Ces méthodes sont très intéressantes et donnent des résultats plutôt encourageants. Cependant comme tous outils, pour arriver à faire du bon travail, il faut savoir sans servir correctement.

Car il faut bien comprendre une chose, c’est qu’un bon nombre de ces techniques ont été élaboré par des champions de mémorisation mais dans des domaines très particuliers. Par exemple, certains champions peuvent mémoriser l’ensemble d’un paquet de jeu carte en quelques minutes voire quelques secondes et vous redire toutes les cartes du paquet dans l’ordre exact.

Je reconnais que c’est très fort. Et qu’avoir une mémoire pareille ou du moins les techniques pour le faire ont un avantage certain. Cependant quelque temps plus tard, si vous lui demandez quelle était la carte en 13 et 25e positions de ce paquet d’il y a trois semaines, il ne pourra pas vous dire. Il aura déjà oublié.

Alors que pour un linguiste, même 6 mois plus tard, on doit avoir toujours le vocabulaire en tête, et je dirai même, l’avoir amélioré d’ici la.

Donc, ces techniques ont un intérêt certain, mais à condition de les utiliser de la bonne manière en opérant différemment suivant des objectifs diffèrent.

Cependant elles restent intéressantes et nous en parlerons plus en détail dans un autre article.

Le fil d’Ariane

Un langage est quelque chose de vivant qui continue d’évoluer mais aussi qui connecte les gens. Il faut donc le pratiquer. En d’autres termes il y a une certaine rigueur à tenir dans votre apprentissage. Il a été prouvé qu’étudier même seulement 20 minutes tous les jours apportaient plus de bénéfice que d’apprendre 4 heures le samedi.

Donc un minimum de discipline est à mettre en œuvre (je sais qu’a la lecture du dernier mot, une partie de l’audience est déjà perdue:) .

Mais une discipline peut être un vrai plaisir et même fun ! Il s’agit seulement de comment vous envisagez votre étude, organisez votre temps et des méthodes que vous utilisez.

Si vous voulez du fun, arrangez vous pour que ça soit fun. Si vous aimez le grand air et que ça vous motive pour mieux étudiez, apprenez à la terrasse d’un café. Personne ne vous oblige à rester dans votre chambre rideaux et volet fermé, à mémoriser des colonnes de mots nouveaux à la lueur d’une bougie. Lorsque j’apprends une langue, il m’arrive souvent de faire des jeux de rôle en utilisant la langue que je souhaite apprendre. Je peux vous dire que je me suis vraiment amusé et que j’ai beaucoup appris. Et comme toute bonne chose qu’on a apprécié, on a envie de recommencer. C’est à ce moment-là que la discipline devient un vrai bonheur et que vous attendrez avec impatience la prochaine leçon.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *